Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VU D'ISRAEL

VU D'ISRAEL

Histoire et Prospective


L’aéroport de Tel-Aviv, l’un des plus sûrs au monde

Publié par Frédérique Schillo sur 11 Août 2016, 20:56pm

Catégories : #Articles

L’aéroport de Tel-Aviv, l’un des plus sûrs au monde

L’aéroport Ben-Gourion, près de Tel-Aviv, a été cité comme un modèle à suivre par tous les spécialistes de la lutte antiterroriste après les attentats de Bruxelles.

Dans une rare interview donnée en 2011 au magazine israélien Israel Defense Magazine, le chef de la sécurité de l’aéroport Ben-Gourion, Shmuel Zakkai, a livré quelques clés sur l’organisation de son département qui veille à la sécurité des passagers de l’aéroport et du site lui-même, seul aéroport international du pays et cible privilégiée des terroristes.

La sécurité repose sur trois piliers : la doctrine de sécurité pratiquée dans les aéroports du monde entier, le renseignement humain, et la technologie de pointe. Le secret israélien étant de savoir combiner les trois d’une manière dynamique. « Si l’on veut une sécurité effective, il faut être actif », explique Zakkai. « Nous apprenons de chaque incident qui arrive dans le monde. Nous créons, nous imaginons en permanence. Notre équipe de sécurité fait des investigations en amont et sait comment provoquer des réactions lors des entretiens de sécurité ».

Le Département de Sécurité de l’aéroport Ben-Gourion ne compte pas moins de 2.400 personnes, divisées en deux branches : la sécurité du site de l’aéroport et la sécurité des passagers et des appareils. En poste chaque jour, 24h/24, le commandant en charge de la sécurité dispose d’une autonomie complète et de tous les pouvoirs pour prévenir ou arrêter une attaque terroriste, y compris celui d’interdire le trafic aérien au-dessus d’Israël.

Quatre unités de sécurité sont en poste à chaque moment, deux armées et deux opérant sans armes. Les membres de l’unité armée sont tous d’anciens officiers supérieurs de Tsahal, ayant fait ensuite un entraînement de trois mois et demi dans le Shin Beth. Quant aux unités non armées, elles sont formées aux technologies les plus sophistiquées et à la criminologie pour mener les interrogatoires. Souvent les deux sont menées de pair : « La plupart des Israéliens pensent que les petites questions qu’on leur pose dans la voiture, à l’entrée de la zone de l’aéroport, nous servent à détecter un accent étranger. En réalité, c’est pour voir la plaque d’immatriculation et obtenir l’identité de la personne. En une demi-seconde, on est fixé. Et encore, c’est l’une des dizaines de choses que la technologie nous permet de faire aujourd’hui ».

Frédérique Schillo.

Publié dans Regards n°838 du Mardi 5 avril 2016.

http://www.cclj.be/actu/israel/attentats-bruxelles-lecons-israel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents